Nous contacter
Terrasse Nature

Terrasses en Bois de Qualité

Installation - Fourniture

Terrasses Garanties 10 ans
Révision du DTU 51.4 - Platelage extérieurs Bois
Le DTU 51.4 "Platelages Extérieurs en Bois" a été publié fin 2010,
et on peut dire que ce DTU était très attendu.


Les règles de conception et de réalisation n'ayant pas été formellement écrites (avant le DTU 51.4), chacun a fait plus ou moins à son idée et de très (trop) nombreux litiges et malfaçons sont apparus. En l'absence de réglementation, il était difficile d'expertiser ces réalisations calamiteuses et la réputation de la terrasse en bois de manière générale en a souffert.

Ce DTU 51.4 était d'autant plus attendu que les platelages extérieurs bois (les "terrasses en bois"), présentent, par rapport à la manière dont le bois est généralement utilisé dans la construction, des spécificités uniques car les lames de terrasses (le Platelage), et sa structure, subissent donc des contraintes importantes du fait des facteurs suivants :
Article du magazine professionnel Filière Bois daté de Juin 2015, faisant le point sur la révision du DTU 51.4
  • L'ouvrage est à l'horizontale et près du sol,
  • l'humidité intense qui se dégage du sol (d'autant plus importante que la terrasse est installée près du sol, ou sur un terrain naturel), et qui se retrouve confinée
  • l'exposition au soleil sur la face supérieure. Ces deux contraintes combinées augmentant la tendance naturelle des lames de terrasse à tuiler.
  • Les intempéries, pluie, neige.
  • les contraintes mécaniques dûes à son utilisation (pieds de table, passage, reprises de charges).
  • La tendance naturelle du bois à travailler.
  • Le fait que beaucoup d'essences de bois utilisées pour les lames de platelage (et aussi pour les lambourdes) sont issues de bois qui ne sont pas naturellement imputrescibles et/ou ces lames sont insuffisamment séchées.
Par ailleurs, de très nombreux matériaux sont maintenant proposés et permettent de construire des terrasses en bois : bois massifs exotiques ou européens, bois polymères (aussi appelés "composites"), bois chauffés, bois traités classe 4 (résineux en général)…
Ainsi qu'un grand nombre de systèmes de fixation et de calage.
Il n'est pas facile pour un professionnel (et encore moins pour un particulier) de s'y retrouver dans cette offre foisonnante.

Le DTU, fruit d'un long travail, qu'il faut saluer, apporte un premier ensemble de règles de base qu'il convient de respecter concernant par exemple :
  • Les règles de dimensionnement des lames de terrasse et des lambourdes
  • Les règles générales de mise en œuvre,
  • Les tolérances à prendre en compte
  • La gestion des espacements entre les lames…
Beaucoup d'artisans, maîtres d'œuvre et architectes espéraient que le DTU apporterait des réponses aux nombreuses questions que se posent les professionnels qui veulent réaliser des terrasses en bois belles et durables, en choisissant de manière éclairée :
- Les bons matériaux,
- Les bons systèmes de fixation et de calage
- Les bonnes techniques de pose

Mais Paris ne s'est pas fait en un jour, et sur un certain nombre de points, le DTU n'apporte pas toujours de réponse (ou pas de réponse claire…).
Bien entendu, un DTU est un document normatif et n'est pas un guide pratique.
On ne pouvait donc pas espérer un document facile d'accès, richement illustré et d'une lecture fluide. (mais, au fond, pourquoi pas ?).

Cependant, de trop nombreuses questions attendent des réponses. Ainsi, par exemple :

  • Le DTU nous livre de longs développements sur les profils et dimensionnements de vis mais ne donne aucune indication quant à la création de la structure en elle-même.
  • Les bois chauffés, les bois polymères (composites), ne sont pas couverts par le DTU, ni même les systèmes de fixation par clips invisibles. Ceci revient à exclure, sans explication, du champ d'application du DTU 20 à 30% des terrasses qui sont actuellement installées et une grande partie des matériaux vendus par les négoces, les importateurs et les GSB.
  • Des ambiguités dans la formulation rendent certaines parties incompréhensibles.
  • Certaines préconisations me semblent non applicables, soit pour des raisons techniques, soit du fait que les clients les refuseraient systématiquement (pour des raisons financières ou esthétiques).
  • Les renvois permanents à d'autres normes compliquent la lecture et la compréhension. Le lecteur, pour assimiler le DTU devrait acheter 5 ou 6 autres documents normatifs, les comprendre, avant de pouvoir aller au bout du DTU.

Pour être plus précis voici (à titre d'exemple) quelques-unes des prescriptions du DTU que je considère comme inapplicables, incohérentes ou erronées.

- Chapitre 5.1 : Présentation trop succinte sous forme de croquis, et sans commentaire des possibilités de mise en œuvre.
- Chapitre 5.1.5 : Mode de calcul de l'espacement entre les lames trop complexe et reposant sur bases scientifiques discutables
- Chapitre 5.1.6 : Outil de pré-perçage préconisé introuvable dans le commerce, ou irréaliste financièrement. Préconisation d'une technique de mise en œuvre de rondelles de désolidarisation impossible à réaliser
- Chapitre 5.1.7 : Hypothèse de vis de 8 mm pour des platelages assemblés avec vissage par dessous. Diamètre de vis trop important pour les lames indiquées
Pour les platelages assemblés : le pré-perçage des lames, indispensable, n'est pas indiqué
- Chapitres 5.1.8 et 5.2.5.2 : Ces deux chapitres sont redondants
Tolérances de planéité entre deux support métallique inutilement strictes, alors qu'un bon calage suffit
- Chapitre 5.2.2 : Tolérances de planéité entre deux plots béton inutilement strictes, alors qu'un bon calage suffit
- Chapitre 5.3 Platelages de conception moyenne
- Exigence de lames avec profil bombé introuvables dans le commerce, en particulier dans les largeurs et les pentes indiquées de 4 ou 8%
- Exigence de structure avec double lambourdage extrêmement coûteuse rendant les projets économiquement non viables
- Exigence que l'admission d'air soit perpendiculaire aux lames : pas toujours possible et intérêt non prouvé
- Diminution du coefficient d'élancement de 2 points avec des lames non bombées : exigence excessive.

- Pour les platelage de type 2 (pour les ERP) :
Obligation de mettre en oeuvre des fixations non traversantes par le dessous, c'est à dire des platelages assemblés, donc nécessairement réalisés en usine.
Il devient dès lors, impossible de mettre en oeuvre dans ce type de projet, des terrasses traditionnelles, posées sur lambourdes, avec vissage par le dessus.
Par voie de conséquence, ces projets ne sont plus accessibles aux artisans ce qui n'est pas admissible.
Lames avec profil bombé de 8%, contradictoire avec d'autres parties du DTU qui interdisent des écarts de planéité de plus de 2 mm.


Je rencontre quotidiennement des artisans qui posent des terrasses (et qui aimeraient en poser plus) et, vis à vis du DTU 51.4 Platelages extérieurs bois :
  • Les rares qui l'ont lu, ont beaucoup de mal en faire une synthèse individuelle pour le mettre en application, et le trouvent plutôt difficile d'accès.
  • La plupart reconnaissent qu'il ne le comprennent pas, et abandonnent
  • Toutes ces incohérences rendent l'indemnisation par les compagnies d'assurance des sinistres "terrasses en bois" plus qu'aléatoire.
Le retour du terrain montre incontestablement que le DTU souffre de trop nombreuses incohérences et lacunes.
Le DTU 51.4 a été publié il y a 3 ans ce qui est amplement suffisant pour en comprendre les points positifs et les limites.
Pour toutes ces raisons, il apparaît évident que  la révision du DTU doit maintenant être entreprise. Je me suis porté volontaire pour lancer cette initiative et animer le groupe de travail.
J'avais déjà rédigé en 2012 le "Guide d'Application du DTU 51.4", téléchargeable gratuitement sur ce même site. Je propose dans ce document de 120 pages :
  • de fournir une interprétation réaliste et pratique du DTU
  • d'apporter des éléments de réponse aux points non traités dans le DTU
  • de présenter des solutions techniques opérationnelles, dans les cas où les contraintes exprimées dans le DTU se trouvent inapplicables.
J'ai ensuite rencontré de nombreux confrères, professionnels et experts et tous ont adhéré à l'idée que le temps était venu de réviser le DTU.
J'ai donc constitué un groupe de travail au sein de l'Association Terrasse Bois, composé de poseurs de terrasses, d'industriels, et d'experts.

Comme pour la norme NF B54-040 j'ai donc sollicité de nouveau le BNBA (en tant que représentant de l'Association Terrasse Bois) pour demander la révision du DTU 51.4.
La première réunion s'est déroulée en Juin 2013 et le principe de la révision du DTU 51.4 a été accepté.
Une commission a été formée et le groupe de travail qui a été formé a pour mission de faire des propositions.
Je demande aux experts et poseurs de terrasses expérimentés de me contacter afin de nous rejoindre au sein de la commission de révision du DTU 51.4

Nous sommes donc maintenant au travail.

Olivier KAUFMAN
Directeur de Terrasse Nature.
Président de l'Association Terrasse Bois
Tel 01 80 83 66 66