Nous contacter
Terrasse Nature

Terrasses en Bois de Qualité

Installation - Fourniture

Terrasses Garanties 10 ans
Révision de la Norme NF B54-040 - Lames de Platelages Extérieurs Bois
La Norme B54-040 - "Lames de Platelages Extérieurs Bois" est parue en Décembre 2010.
Cette norme donne les caractéristiques et critères d'appréciation pour les lames de terrasse en bois MASSIF de qualité.
Elle est le complément indissociable du DTU 51.4.
De manière générale je trouve cette norme plutôt bien construite et utile (surtout comparé au DTU 51.4).

La norme B54-040 est passée relativement inaperçue de nombreux professionnels car elle est parue en même temps que le DTU et ce dernier l'a un peu occultée.

La norme décrit spécifie notamment les points suivants synthétisés dans un large tableau
  • Stabilité du bois
  • Dureté
  • Résistance aux insectes
  • Classe d'emploi 
  • Le coefficient d'élancement
C'est ce dernier point qui a fait l'objet d'une large polémique.
Le coefficient d'élancement est le rapport entre la largeur de la lame de terrasse et son épaisseur.
Par exemple une lame de terrasse de largeur 145 mm et de 21 mm d'épaisseur aura un coefficient d'élancement de 145 / 21 = 7.
Il est connu que plus le coefficient d'élancement est élevé, plus la tendance au tuilage sera importante. 
Pour les lames de terrasse en bois exotique, la section la plus souvent utilisée est le 145 x 21 mm.  Les lames plus larges sont beaucoup plus rares. En effet, si on souhaite utiliser des lames larges (par exemple 160 ou 190 mm), il faut augmenter l'épaisseur ce qui augmente significativement le prix au m2.
On trouve également des petites sections en épaisseur 19-20 mm et en largeur 100 ou 120 mm.
Depuis le début du développement de la terrasse en bois (en France et en Europe) dans les années 1990, l'ipé du Brésil a été largement utilisé dans la section optimale en terme de rendement, stabilité et aspect, soit 21 x 145 mm, soit en coefficient 7.
Cela ne posait particulièrement de problème.

La Norme a été publiée et spécifiait pour l'ipé un coefficient d'élancement minimum de 6, soit pour une lame de terrasse de 21 mm, une largeur maximum de 120 mm.
D'autres essences en bois exotiques (Cumaru, Massaranduba...) ou feuillus tempérés (robinier...) ont été décrites également, avec des coefficients d'élancement discutables.

La polémique s'est développée d'abord autour de l'ipé qui est très utilisé car beaucoup d'importateurs et industriels disposaient de stocks ou de contrats en 145 x 21 mm, et craignaient de voir leur responsabilité engagée en cas de litige.

Ces industriels légitimement inquiets sont donc venus voir l'ATB pour demander que soit proposée la révision de la norme B 54-040.
La demande me semblant fondée, j'ai donc en tant que représentant de l'ATB, demandé à l'Afnor, représentée par le BNBA (Bureau de Normalisation du Bois et de l'Ameublement) d'ouvrir la révision de la Norme, ce qui a été accepté.

Une Commission a été constituée et j'y ai activement participé. Nous avons commencé à travailler sur les coefficients d'élancement, des bois exotiques en identifiant les essences à examiner par priorité : Ipé, Cumaru, Massaranduba.
Les discussions en séance ne permettant pas de dégager un consensus, il a été décidé de mener des enquêtes sur le terrain. 
Les critères ont été fixés de manière assez restrictive. Sans doute un peu trop...
Il fallait auditer pour chaque essence, trois terrasses en 21 x145 mm, installées depuis plus de trois ans, en pose vissée.
Nous avons audité trois terrasses en région parisienne et le résultat a été très positif : le tuilage et autres déformations constatés étaient largement inférieurs à critères de la norme.

La norme a donc été révisée une première fois en Avril 2013, sous forme d'un corrigendum (NF B54-040/A1).
Nous sommes maintenant à la recherche de trois terrasses en Cumaru et en Massaranduba de plus de trois ans pour étudier ces deux essences.
Les chantiers de 3 ans dans ces essences étant encore rares, si vous en avez réalisé, nous vous serions reconnaissants de nous le faire savoir afin que nous puissions réaliser l'audit.
Nous n'avons pas réussi à trouver de chantier en chêne ou chataignier.

Il enfin préciser que, tant qu'à faire, la commission a prévu d'étudier et (éventuellement) de réviser d'autres points de la norme qui nous ont semblés perfectibles : 
- Notion de bois séchés au séchoir, qui a un impact certain sur la stabilité
- Importance de signaler les caractéristiques spécifiques de certaines essences (odeur, coulures tachantes de tannins, tendance à la gerce...)
Les prochaines réunions de la commission sont prévues pour fin 2013. 

Je mettrai à jour cette page au fur et à mesure de la réalisation des travaux.

Voici quelques photos réalisées pendant l'étude terrain.



Mesure des espacements et désafleurements entre les lames